Volkswagen  se prépare à s’emparer de la première place en tant que plus grand constructeur mondial de véhicules électriques avec des plans annoncés pour avoir six usines de production de cellules de batterie de 40 gigawattheures (GWh) en service en Europe d’ici 2030.

Pour y arriver, le constructeur automobile a passé une commande de 14 milliards de dollars sur 10 ans avec le fabricant de batteries suédois Northvolt. Une deuxième usine en Allemagne commencera la production en 2025.

La société a également annoncé de sérieux investissements dans les infrastructures de recharge en Chine, en Europe et aux États-Unis. Il vise à étendre son réseau de recharge rapide en Europe à 18 000 bornes avec son partenaire IONITY, 17 000 bornes de recharge en Chine via CAMS New Energy Technology, et à augmenter de 3 500 le nombre de bornes de recharge rapide aux États-Unis.

L’objectif ultime de Volkswagen est de développer et de déployer une cellule de batterie à semi-conducteurs, ce que la société prévoit pour le milieu de la décennie. VW a réalisé d’importants investissements dans le fabricant de batteries à semi-conducteurs QuantumScape. Frank Blome, responsable de la cellule et du système de batterie de Volkswagen, a qualifié de «jeu final» pour les cellules de batterie au lithium-ion. En supprimant le poids supplémentaire d’une batterie traditionnelle, les batteries à semi-conducteurs offrent une augmentation de 30% de l’autonomie et un temps de charge nettement plus rapide.

Scania AB, la marque VW de poids lourds et de bus, prévoit également d’augmenter sa part de véhicules électriques. S’éloignant des autres grands acteurs lourds qui ont opté pour les piles à hydrogène, les représentants de l’entreprise ont déclaré lundi qu’il était sans équivoque possible d’électrifier le secteur des transports lourds.