Après une interdiction d’un mois, le président américain Donald Trump a annoncé aujourd’hui qu’il autoriserait les entreprises à vendre du matériel à Huawei. Il a rencontré le président chinois Xi Jinping lors du sommet du G20 à Osaka, au Japon.

Lors d’une conférence de presse, Trump a déclaré qu’il ne permettait le commerce d’équipements que dans des zones où le pays n’exerce aucun risque en matière de sécurité:

Les entreprises américaines peuvent vendre leur équipement à Huawei. Nous parlons d’équipements pour lesquels il n’ya pas de gros problème de sécurité nationale. J’ai dit que c’était le Sud-Ouest, que nous continuerions à vendre ce produit. Ce sont des entreprises américaines qui fabriquent ces produits. C’est très complexe, au fait. J’ai accepté de leur permettre de continuer à vendre ce produit afin que les entreprises américaines puissent continuer.

À titre de référence, Huawei a dépensé environ 11 milliards de dollars pour des fournisseurs basés aux États-Unis en 2018; qui comprenait des jeux de puces de Qualcomm, ainsi que des logiciels de Microsoft.

Il convient également de noter que Huawei reste sur la liste des entités du Département du commerce des États-Unis, ce qui l’empêche techniquement de traiter avec des entreprises de ce pays. Cela pourrait changer en fonction de l’état actuel des négociations entre les deux pays.

Il n’est pas clair pour le moment si Google, Qualcomm, Intel et d’autres sociétés vont reprendre leurs activités commerciales avec le géant chinois de la technologie. Nous les avons contactés pour en savoir plus et nous mettrons à jour l’histoire en conséquence.