La start-up EV basée à Brooklyn, Taform, a dévoilé sa moto électrique Luna à New York la semaine dernière.

Le premier entrant légal de Tarform, le Luna, commence à 24 000 $, fait du 0 à 100 km/h en 3,8 secondes, a une autonomie en ville de 120 km, une vitesse de pointe de 120 km/h et se recharge à 80% en 50 minutes  selon les spécifications de l’entreprise .

Le modèle est né de la mission de l’entreprise de fusionner la conception esthétique et l’artisanat à la durabilité environnementale dans les véhicules électriques à deux roues.

À cette fin, le Luna intègre un certain nombre de caractéristiques uniques d’éco-conception. La carrosserie est fabriquée à partir d’un tissage de graines de lin et l’ingénierie globale de la moto évite l’utilisation de plastiques. Le revêtement du siège du Luna est en cuir végétalien biodégradable.

La société a été fondée par le Suédois Taras Kravtchouk, spécialiste du design industriel, ancien chef de startup et motocycliste passionné. Le lancement de Luna fait suite au lancement de deux concepts de motos électriques en 2018.

Tarform entre dans l’arène des véhicules électriques avec la concurrence de plusieurs startups de motos électriques , et qui tentent de convertir les motocyclistes à essence en électricité et d’attirer une jeune génération vers la moto.

L’un des leaders est la société californienne Zero Motorcycles, qui compte 200 concessionnaires dans le monde. Zero a présenté un SR / F de 19000 $ en 2019, une capacité de charge d’une heure. L’Italie Energica étend la distribution de ses motos électriques hautes performances aux États-Unis.

En 2020, Harley Davidson est devenu le premier des grands fabricants d’essence à proposer une moto électrique homologuée pour la route aux États-Unis, la LiveWire à 29000 $.

Et la start-up canadienne Damon Motors a lancé cette année son Hypersport à 24 000 $, qui offre une technologie de sécurité et d’ergonomie exclusive pour les positions de conduite réglables et la détection des angles morts.