SpaceX a lancé dimanche dernier ,sa 21e mission de services de ravitaillement commercial (CRS) pour la NASA vers la Station spatiale internationale, en utilisant une toute nouvelle variante de son vaisseau spatial capsule Dragon. Ce nouveau dragon cargo a une plus grande capacité de charge et peut s’ancrer de manière totalement autonome avec la Station spatiale, les deux améliorations au cours de la dernière itération.

Il s’agit du premier lancement de ce nouveau dragon cargo, ainsi que de la première mission de la nouvelle série de missions CRS de SpaceX dans le cadre d’un contrat renouvelé avec la NASA. Il transporte 3 tonnes de fournitures pour la Station spatiale et son équipage, ainsi que des fournitures et équipements expérimentaux pour les recherches en cours sur la Station. Cette version de Dragon peut transporter 20% de plus que le dernier vaisseau spatial cargo de SpaceX, et elle dispose également de deux fois plus de casiers motorisés pour le transport climatisé de matériel expérimental.

Le nouveau cargo Dragon est une version modifiée du Crew Dragon qui a livré des astronautes à l’ISS lors de la mission Demo-2 de mai et lors du vol Crew-1 du mois dernier. Ses modifications incluent la suppression des moteurs Super Draco qui sont équipés sur la version équipage, qui fournissent une propulsion pour éloigner rapidement la capsule du Falcon 9 en cas de nécessité d’un avortement précoce pour protéger les astronautes à bord. Il peut également être réutilisé jusqu’à cinq fois, contre seulement trois pour la dernière version cargo.

Ce lancement était le 100e décollage réussi du Falcon 9 de SpaceX, et la société en a piloté 43 sur des boosters récupérés et remis à neuf. La mission d’aujourd’hui comprenait également la récupération du premier étage du Falcon 9, qui a maintenant volé quatre fois au total. Cela marque le 68e atterrissage réussi pour SpaceX jusqu’à présent.

La prochaine étape pour CRS-21 est un rendez-vous entre le cargo Dragon et l’ISS, qui doit avoir lieu lundi soir. La capsule sera amarrée de manière autonome avec l’un des nouveaux adaptateurs d’amarrage internationaux de la Station, qui sont spécialement conçus pour rendre cette procédure d’amarrage automatisée possible.