Depuis que Huawei a été inscrit sur la liste des entités du gouvernement américain, certains de ses partenaires clés tels que Qualcomm ont traversé une période difficile. Steve Mollenkopf, PDG de Qualcomm, a confirmé que son entreprise avait repris ses activités avec Huawei. Selon Mollenkopf, Qualcomm cherche également à obtenir un contrat d’approvisionnement à long terme avec Huawei mais n’a pas révélé les composants vendus.

En juillet dernier, le département américain du Commerce avait annoncé qu’il commencerait à délivrer des licences spéciales aux entreprises souhaitant poursuivre leurs relations commerciales avec Huawei. L’un des principaux points insistant sur le fait que les entreprises américaines ne seraient autorisées à vendre que des composants largement disponibles, catégorie comprenant les chipsets mobiles.

En août, Huawei a obtenu une nouvelle extension de 90 jours de son accord de licence de commerce temporaire pour pouvoir commercer avec des entreprises américaines. Plus tard dans le même mois, des rapports ont indiqué que plus de 130 sociétés américaines avaient demandé des licences spéciales.

Malgré la production de puces, Huawei s’appuie toujours sur Qualcomm pour un nombre considérable de périphériques. Il a été signalé qu’en 2018, Huawei aurait dépensé environ 11 milliards de dollars en échanges commerciaux avec des sociétés américaines, notamment Qualcomm, Intel et Micron.