Si les robots doivent aider dans des endroits comme les hôpitaux et les ateliers de réparation de téléphones, ils auront besoin d’une touche légère. Et quoi de plus léger que de ne pas toucher du tout? Les chercheurs ont créé une pince qui utilise des ultrasons pour suspendre un objet dans les airs, le rendant potentiellement adapté aux tâches les plus délicates.

Cela se fait avec une gamme de minuscules haut-parleurs qui émettent du son à des fréquences et des volumes très soigneusement contrôlés. Ceux-ci produisent une sorte d’onde de pression stationnaire qui peut maintenir un objet vers le haut ou, si la pression vient de plusieurs directions, le maintenir en place ou le déplacer.

Marcel Schuck et son équipe à l’ETH Zürich montrent qu’un tel appareil portable pourrait facilement trouver une place dans des processus où de minuscules objets doivent être maintenus très légèrement.

Un prototype fonctionnel est prêt, mais Schuck prévoit de sonder diverses industries pour voir si et comment un tel appareil pourrait leur être utile. L’horlogerie est bien sûr importante en Suisse, et les pièces sont à la fois petites et sensibles au toucher. «Les roues dentées, par exemple, sont d’abord enduites de lubrifiant, puis l’épaisseur de cette couche de lubrifiant est mesurée. Même le moindre contact pourrait endommager la fine couche de lubrifiant », souligne-t-il .

Comment un horloger utiliserait-il un tel bras robotique? Comment un concepteur de robots microscopiques, ou un biochimiste? Le potentiel est clair, mais pas nécessairement évident. Heureusement, il a un peu d’argent en bourse à consacrer à la question et espère le transformer en startup l’année prochaine si ses premières enquêtes portent leurs fruits.