La NASA repousse le lancement de son Rover vers Mars, appelé Persévérance, d’une semaine, en raison d’un problème avec la fusée qui est censée envoyer le vaisseau spatial sur la planète rouge. Le Rover devrait maintenant être lancé au plus tôt le 30 juillet à Cape Canaveral, en Floride.

Cela met le lancement de Perseverance dangereusement près de la fin de sa fenêtre de lancement limitée, qui s’est à l’origine étendue du 17 juillet au 11 août. La NASA et d’autres agences spatiales n’ont qu’une petite fenêtre de temps tous les deux ans pour envoyer des vaisseaux spatiaux sur Mars, lorsque la planète rouge se rapproche le plus de la Terre sur son orbite autour du Soleil. La NASA a déjà repoussé le lancement à quelques reprises auparavant, jusqu’au 20 juillet puis au 22 juillet, en raison de problèmes avec l’équipement au sol qui prend en charge le lancement.

Cependant, la NASA a annoncé aujourd’hui que la fenêtre de lancement du Rover allait être prolongée de quelques jours jusqu’au 15 août.

La NASA attribue le retard à un problème qui a surgi dans la fusée de Persévérance, une fusée Atlas V fabriquée et exploitée par la United Launch Alliance. La société a procédé à une répétition générale de la fusée le 22 juin. Au cours de ce test, une ligne de capteurs qui surveille les niveaux de propulseur d’oxygène liquide dans le véhicule a renvoyé de mauvaises données, et l’équipe ULA a besoin de plus de temps pour comprendre ce qui n’a pas fonctionné et résoudre le problème.

Préparer Persévérance pour le lancement cet été a déjà été un processus ardu pour l’équipe de mission du Jet Propulsion Laboratory de la NASA, en raison de la pandémie de COVID-19. Le 12 mars, le JPL a exigé que la plupart des employés de l’installation travaillent à domicile, et l’équipe a dû continuer à travailler sur le véhicule tout en pratiquant la distanciation sociale, en instituant de nouvelles mesures de désinfection et en communiquant à distance avec les autres employés.

Persévérance est conçue pour rechercher des signes de vie sur la planète rouge qui pourraient avoir existé il y a des milliards d’années. Le Rover est également équipé d’outils qui vont percer le sol martien et déterrer des échantillons qui seront laissés à la surface de la planète. La NASA espère ramasser ces échantillons un jour lors d’une deuxième mission à l’avenir, puis les ramener sur Terre, où ils pourront être étudiés en laboratoire par des scientifiques.