Les analystes s’attendent à ce que les bénéfices de Samsung baissent de plus de moitié alors que l’activité de semi-conducteurs est en crise. L’interdiction du commerce de Huawei, qui a entraîné la suspension de certaines expéditions, aggrave la situation.

Refinitiv SmartEstimate prédit que la société affichera un bénéfice d’exploitation de 5,14 milliards de dollars (basé sur les chiffres de 29 analystes). Il s’agit d’une baisse de 60% par rapport à l’année dernière et même d’une baisse par rapport aux chiffres médiocres du premier trimestre, lorsque le bénéfice d’exploitation était de 5,4 milliards de dollars. Les revenus du deuxième trimestre seront ainsi les plus bas des trois dernières années.

Samsung est le plus grand fournisseur de puces DRAM et NAND au monde. Il s’agit de son activité la plus lucrative, générant environ les deux tiers des bénéfices. Outre la baisse des ventes à Huawei, les prix des puces ont été bas ces derniers mois (baisse de 25% au deuxième trimestre, indique TrendForce), ce qui a également nui au résultat net de la société. Les analystes estiment que les prix resteront bas pour le reste de l’année, tandis que Samsung et Micron prévoient une nouvelle hausse.

Ce n’est pas si mal, cependant, si l’interdiction de Huawei reste en vigueur, le marché des smartphones de Samsung pourrait être relancé. HI Investment & Securities prévoit que Samsung vend 37 millions de smartphones supplémentaires par an (ce qui soulagera également les autres divisions, qui utiliseront des puces Samsung).

Les problèmes de Samsung ne se limitent pas à la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. Le Japon envisage de limiter les expéditions de certains produits chimiques essentiels à la production d’écrans et de puces à semi-conducteurs.

Le rapport préliminaire sur les résultats devrait être publié vendredi.