La NASA a finalisé le processus de test destiné à la simulation des performances dans les conditions spatiales de son vaisseau spatial Orion, développé par Lockheed Martin et conçu pour transporter l’équipage sur les missions Artemis de l’agence. Les missions visent à ramener le prochain homme américain et à livrer la première femme américaine à la surface de la Lune. Il aurait «réussi» les tests selon la NASA, qui comprennent des contrôles de performances du vide thermique et des interférences électromagnétiques.

De toute évidence, la NASA ne fonctionne pas comme d’habitude dans le contexte de la situation actuelle des coronavirus (ce n’est pas le cas comme d’habitude), mais la NASA a quand même réussi à terminer les tests qu’elle devait faire dans son centre de recherche de Glenn en Ohio. Glenn est le site d’installations de test de renommée mondiale qui simulent les conditions de vol, y compris les souffleries et les chambres à vide, et la fin des tests d’Orion dans l’installation signifie qu’il est maintenant prêt à passer à la NASA Kennedy et à la Floride.

Il volera vers Kennedy à bord de l’avion Super Guppy de la NASA, qui est un avion cargo spécialement construit avec un corps extrêmement large conçu pour le transport de marchandises plus grandes que la normale, tout comme la capsule Orion construite par Lockheed.

La NASA en général semble progresser dans ses préparatifs à la fois pour Artemis, ainsi que pour d’autres programmes clés en cours comme son programme d’équipage commercial, qui verra des fusées privées voler des astronautes vers la Station spatiale internationale pour la première fois.

Cependant, il a pris des précautions supplémentaires pour assurer la santé de ses astronautes destinés à voler lors de la première mission d’équipage commercial en équipage, et son installation de la NASA Marshall a également annoncé aujourd’hui qu’il limitait l’accès après qu’un membre du personnel eut été testé positif. pour COVID-19 vendredi soir.