La NASA a ajouté cinq sociétés à la liste des fournisseurs autorisés à soumissionner pour le contrat du programme de services de charge utile lunaire commerciale (CLPS) de l’agence. Cette liste, qui compte déjà neuf entreprises issues d’un processus de sélection précédent, comprend désormais les systèmes SpaceX, Blue Origin, Ceres Robotics, Sierra Nevada Corporation et Tyvak Nano-Satellite. Toutes ces sociétés peuvent désormais placer des offres pour la livraison de charges utiles de la NASA à la surface lunaire.

Cela signifie essentiellement que ces sociétés (qui associent Astrobotic Technology, Deep Space Systems, Draper Laboratory, Firefly Aerospace, Intuitive Machines, Espace Lockheed Martin, Masten Space Systems, Moon Express et OrbitBeyond) peuvent construire et piloter des atterrisseurs lunaires au service des missions de la NASA. Ils se feront concurrence pour ces contrats, qui impliqueront des livraisons de ressources et de fournitures à la surface de la Lune pour soutenir les missions du programme Artemis de la NASA, dont le premier objectif majeur est de renvoyer les humains à la surface de la Lune d’ici 2024.

Ces fournisseurs sont spécifiquement choisis pour prendre en charge la livraison de charges utiles plus lourdes, y compris des «appareils mobiles, des sources d’énergie, des expériences scientifiques», entre autres, comme le NASER VIPER (véhicule d’exploration polaire exploratoire), qui chasse de l’eau sur la Lune. Tous ces éléments serviront à la fois à établir une présence permanente sur la surface lunaire pour permettre à l’astronautique de vivre et de travailler, ainsi qu’à des travaux de recherche essentiels à mener à bien pour que l’obtention et le séjour sur place devienne une réalité viable.

La NASA a choisi de sous-traiter les déplacements sur la Lune au lieu de proposer ses propres avantages en termes de coût et de rapidité. Elle espère que ces fournisseurs pourront également transporter des charges utiles commerciales sur les mêmes trajets que son propre équipement le prix global. Les entreprises soumissionneront pour ces contrats, d’une valeur totale pouvant atteindre 2,6 milliards de dollars jusqu’en novembre 2028, et la NASA sélectionnera un fournisseur pour chacun en fonction du coût, de la faisabilité technique et du moment où ils peuvent être réalisés.

Le fondateur de Blue Origin, Jeff Bezos, a annoncé lors du Congrès astronomique international de cette année qu’il s’associerait à Draper, ainsi qu’à Lockheed Martin et Northrop Grumman, pour un système d’atterrissage lunaire de bout en bout. SpaceX, quant à lui, a révélé qu’il ciblerait un atterrissage lunaire de son prochain vaisseau spatial, le vaisseau spatial, dès 2022, dans le but d’aider à préparer le terrain pour l’atterrissage d’Artemis ciblé pour 2024.