Le président américain Donald Trump a annulé sa décision d’empêcher les entreprises américaines de commercer avec Huawei au cours du week-end, à la suite de la réunion du G-20 à Osaka, au Japon. Cependant, le fondateur du fabricant de smartphones, Ren Zhengfei, a déclaré au Financial Times que cette interdiction moins contraignante n’aurait pas «un impact considérable» sur les activités de la société.

Ren a dit que Huawei s’adaptait à une nouvelle ère d’hostilité américaine et continuerait à “se concentrer sur son propre travail”.

Les remarques font suite à une interview avec les médias, dans laquelle M. Ren a rétabli la doctrine de l’autosuffisance et de la suffisance. Il a déclaré que les États-Unis aidaient la société en la soumettant à des conditions difficiles afin que l’équipe puisse devenir plus unie que jamais.

L’exécutif est à peu près sûr que l’entreprise pourra continuer à faire son travail même sans composants américains qui seraient intervertis avec des produits nationaux.

Certaines sociétés, telles que Micron et Intel, ont trouvé le moyen de vendre leurs composants à Huawei par le biais d’une échappatoire juridique, avant même que l’assouplissement de la restriction ne change si peu pour eux.

Il est également possible que le président américain rétablisse les restrictions à un moment donné, car il se révèle tout à fait imprévisible. Par conséquent, toutes les parties concernées ont clairement décidé de se préparer au pire des scénarios.