Le Conseil national des relations du travail a déposé aujourd’hui une plainte contre Google après avoir enquêté sur le licenciement de plusieurs employés en novembre dernier. La plainte allègue que Google a violé des parties de la loi nationale sur les relations de travail en surveillant les employés et généralement interféré, restreint et contraint les employés dans l’exercice de leurs droits garantis par l’article 7 de la loi nationale sur les relations de travail.

Le NLRB allègue également que Google a découragé ses employés de former, d’adhérer, d’aider un syndicat ou de s’engager dans d’autres activités protégées et concertées.

Les ex-googleurs Berland et Kathryn Spiers ont précédemment déposé une plainte fédérale auprès du NLRB, affirmant que Google les avait licenciés pour organisation, ce qui est une activité protégée. Ils s’étaient organisés autour de divers sujets, y compris le traitement par Google de ses employés temporaires, fournisseurs et sous-traitants, les représailles alléguées de Google contre les employés.

De plus, en novembre 2019, Google a mis Rebecca Rivers et Berland en congé pour violation présumée des politiques de l’entreprise. À l’époque, Google a déclaré qu’une personne avait recherché et partagé des documents confidentiels qui n’étaient pas pertinents pour son travail, et une autre avait examiné les calendriers individuels de certains membres du personnel. Suite à une manifestation de soutien aux deux, Rivers, Berland, Duke et Waldman ont été licenciés.