Google commencera à ouvrir certains de ses immeubles de bureaux dans diverses villes à partir du 6 juillet, permettant à un petit nombre de ses employés qui ont besoin d’un espace de travail physique sur une base limitée et rotative. L’idée est de faire alterner les employés pendant une journée toutes les semaines pour maintenir les installations à seulement 10% d’occupation.

Si tout se passe bien dans ses efforts initiaux, Google augmentera ce pourcentage de 10% à 30% autour de septembre ce qui signifierait que la plupart qui veulent entrer pourraient le faire sur une base limitée, tout en priorisant ceux qui doivent entrer selon Pichai.

Pichai a prédit que les Googlers auront plus de flexibilité et de choix dans leur façon de travailler, tout en restant nostalgiques des complexes de bureaux emblématiques de l’entreprise, longtemps un symbole de ce qui distingue le travail dans le secteur de la technologie des emplois plus traditionnels.

Nos campus sont conçus pour permettre la collaboration et la communauté , en fait, certaines de nos plus grandes innovations sont le résultat de rencontres fortuites au bureau ,et il est clair que c’est quelque chose que beaucoup d’entre nous ne veulent pas perdre. En même temps, nous connaissons très bien le travail distribué, car nous avons de nombreux bureaux dans le monde et nous sommes ouverts aux leçons que nous apprendrons au cours de cette période.

Pichai s’attend toujours à ce que la majorité des employés de Google travaillent principalement de chez eux jusqu’en 2020. Pour aider les Googlers à s’adapter aux différents besoins d’un bureau à domicile, la société affectera 1 000 $ de dépenses pour aider les employés à acheter des meubles et du matériel de bureau à domicile.

Alors qu’une partie des employés reviennent au bureau, Pichai a averti que les espaces physiques de l’entreprise auront l’air et se sentiront différents de ceux de votre départ, car Google met en œuvre les précautions nécessaires pour empêcher la propagation de COVID-19.