C’est l’appareil photo que les fans de Fujifilm attendaient. Aujourd’hui, la société annonce le X-T4, son dernier appareil photo. Il ressemble beaucoup au X-T3 introduit en 2018, mais Fujifilm a fait évoluer le matériel qui fera de l’appareil photo de quatrième génération une mise à niveau irrésistible pour certains.

Au sommet de cette liste de mises à niveau se trouve la stabilisation d’image dans le corps. Il s’agit du deuxième appareil photo de la gamme Fujifilm à gagner IBIS, ce qui vous permet de capturer des images nettes à des vitesses d’obturation lentes qui, sur le X-T3, seraient probablement floues. Ici, il n’est pas nécessaire d’augmenter la vitesse d’obturation ou l’ISO pour compenser le tremblement de la main. IBIS aide également à tirer le meilleur parti des objectifs principaux loués par Fujifilm (comme les 35 mm f / 1,4 et 56 mm f / 1,2), qui n’offrent pas la même stabilisation basée sur l’objectif que certains des objectifs zoom de la société.

Fujifilm a créé un système IBIS qui est meilleur, plus petit et plus léger que ce qu’il a mis dans le X-H1, et qui a permis à la société de garder le X-T4 proche de la taille de son prédécesseur. Cette nouvelle approche utilise des aimants au lieu de ressorts. 18 objectifs à monture X (sur l’ensemble de la gamme de 29 objectifs) obtiendront 6,5 arrêts de stabilisation sur le X-T4. Les autres vous donneront au moins 5 arrêts. Si IBIS seul ne suffit pas en quelque sorte pour vos tournages vidéo, vous pouvez également activer une stabilisation d’image numérique supplémentaire, bien que cela se produise sur le cadre de 10%.

Le X-T4 conserve les excellentes capacités d’enregistrement vidéo du X-T3, capables de capturer des clips 4K jusqu’à 60 images par seconde avec un débit binaire maximal de 400 Mbps. Les vidéastes professionnels peuvent enregistrer F-Log 10 bits directement sur la carte SD. Il existe également maintenant un mode super ralenti à 240 fps (en 1080p). Voici une touche agréable: le mode vidéo obtient son propre emplacement sur l’un des cadrans du X-T4, et l’appareil photo sépare vos paramètres (et les préférences du bouton Q) pour les images fixes et la vidéo. Vous pouvez basculer entre les deux sans avoir à jouer avec les menus à chaque fois.

L’autre grand changement est l’écran LCD tactile arrière, qui est une résolution plus élevée (1,62 million de points contre 1,04 million sur le T3) et enfin se retourne sur le côté et vous permet de vous voir lorsque vous prenez des selfies ou un vlog.

L’obturateur mécanique du X-T4 a été repensé et est nettement plus silencieux (Fujifilm le fixe à 30%) que celui du X-T3. Les deux emplacements pour carte SD UHS-II sont désormais côte à côte au lieu d’être décalés, ce qui est l’un des exemples les plus évidents de la façon dont la société a déplacé les choses pour faire de la place au système magnétique IBIS. Un autre est le bouton Q, qui a été déplacé jusqu’à près du haut de la caméra. Malheureusement, un plus gros sacrifice a dû être fait pour trouver de l’espace: la prise casque, mais il y aura un adaptateur USB-C vers 3,5 mm dans la boîte à cet effet.

Le dernier domaine d’amélioration principal est la mise au point automatique. Fujifilm dit que le X-T4 a de nouveaux algorithmes pour la mise au point automatique et est plus précis pour suivre les yeux et les visages. La prise de vue en continu avec l’obturateur mécanique a été augmentée jusqu’à 15 images par seconde, une amélioration par rapport aux 11 images par seconde de l’appareil photo précédent. (Vous pouvez toujours atteindre jusqu’à 30 images par seconde avec l’obturateur électronique.)

Comme avec les modèles précédents, le X-T4 sera vendu seul (pour 1699 $) et également en kit avec un objectif 18-55 mm de Fujifilm (2099 $) ou un objectif 16-80 mm (2199 $). L’appareil photo est livré avec une nouvelle batterie qui peut contenir jusqu’à 500 photos en mode normal ou 600 si vous le mettez en mode économie.