Après avoir supprimé une vidéo dans laquelle le président Trump a félicité un groupe de ses partisans à faire irruption dans le bâtiment du Capitole américain, Facebook déploie un nouvel ensemble de règles en réponse aux événements choquants de la journée.

Facebook et Instagram ont également annoncé que le président ne serait pas autorisé à publier sur ses comptes pendant 24 heures, ce qui aggraverait considérablement les conséquences de son rôle dans le chaos violent de mercredi.

Facebook affirme que le groupe de personnes qui se sont précipitées dans le Capitole mercredi relève désormais de la politique de l’entreprise sur les individus et organisations dangereuses , une désignation qu’elle utilise pour faire appliquer les règles contre les terroristes, les assassins de masses  et les groupes violents. En juin dernier, la société a ajouté à la même liste le mouvement anti-gouvernemental «boogaloo», qui encourage ses adhérents à prendre les armes et à se préparer ou à inciter à une guerre civile.

Facebook et Instagram ont tous deux commencé à bloquer le contenu publié sur le hashtag #StormTheCapitol. Facebook dit qu’il est en train de supprimer tout contenu faisant l’éloge des partisans de Trump qui ont infiltré le Capitole américain ainsi que toute autre incitation ou encouragement aux événements de mercredi, y compris des photos et des vidéos du point de vue des individus.

Parlons au nom de l’équipe de direction en disant ce que tant d’entre nous ressentent. Nous sommes consternés par la violence au Capitole aujourd’hui. Nous traitons ces événements comme une urgence. Notre centre des opérations électorales a déjà été actif en prévision des élections en Géorgie et du vote du Congrès pour certifier l’élection, et nous surveillons l’activité sur notre plateforme en temps réel.

La société va également sévir contre quiconque organise tout type de manifestation qui enfreint le couvre-feu récemment mis en œuvre à Washington DC, même des rassemblements pacifiques. Toute tentative de répression de la violence sera également supprimée.

Facebook a également apporté quelques modifications aux mesures d’urgence qu’il a mises en place pour les élections américaines, notamment en exigeant un examen administratif supplémentaire pour les publications de groupe et en désactivant automatiquement les commentaires sur les publications de groupe qui attirent un taux élevé de discours de haine ou d’encouragement à la violence.