Facebook est de loin le réseau social le plus performant. Depuis sa création, la plateforme s’est concentrée sur une chose: votre vie. Il veut que vous soyez amis avec tout le monde et partagez votre activité quotidienne ou vos réalisations avec le monde entier. L’objectif était de faire du réseau votre lieu de rendez-vous quotidien.

Et ils ont réussi à atteindre cet objectif. Les caractéristiques telles que le compteur «J’aime» et les commentaires sont très élémentaires pour les normes d’aujourd’hui. Cependant, des indicateurs tels que le nombre de «j’aime» ou de commentaires, couramment appelés «interaction», ont rapidement révélé ses inconvénients. Les utilisateurs ont commencé par associer le compteur à une mesure du succès et de la gloire.

De nombreuses études ont montré que la nature humaine avait soif d’interaction et de validation de la part d’autrui et que ces caractéristiques en fournissaient une abondance. Mais que se passe-t-il lorsque votre profil ou vos publications ne sont plus aussi attrayants? Que se passe-t-il si l’algorithme considère que votre contenu n’est pas à la mode et le pousse vers le bas?

Ces facteurs incertains ont entraîné une montée en flèche de la désolation provoquée par les médias sociaux. Un grand nombre d’utilisateurs souffrent d’une faible confiance en soi et le premier indicateur de comparaison clairement visible est le compteur «J’aime». Ce qui a commencé comme un moyen de connecter les gens a fini par les rendre isolés et déconnectés.

Pour résoudre ces problèmes, Facebook expérimente maintenant la suppression du compteur de son fil d’actualités. La chercheuse Jane Manchun Wong a repéré un prototype d’application utilisant la dernière amélioration, mais aucune confirmation officielle de Facebook n’a encore été donnée.

D’autre part, Instagram, appartenant à Facebook, teste un retrait similaire dans sept pays, dont l’Australie, le Brésil, le Canada, l’Irlande, l’Italie, le Japon et la Nouvelle-Zélande. Instagram a déclaré qu’il souhaitait que les utilisateurs se concentrent sur le contenu et non sur des mesures virtuelles.