Après un premier test aux Pays-Bas, Disney + est officiellement lancé aux États-Unis et au Canada, avec une gamme de contenus originaux comprenant le premier épisode de la toute première série de Star Wars, “The Mandalorian”, ainsi qu’un bibliothèque complète de films et de spectacles Disney, Pixar et Marvel , sans parler des 30 premières saisons de «The Simpsons».

Disney + est disponible sur le Web, iOS, Android, Roku, divers téléviseurs intelligents et consoles de jeux , et, comme cela a été annoncé la semaine dernière, sur Amazon Fire TV, le tout pour un prix mensuel de 6,99 $.

Ce n’est pas le premier service de streaming de Disney. L’année dernière, ESPN + a fait un grand pas en avant dans cette direction. Elle a également pris le contrôle opérationnel de Hulu après l’acquisition de Fox. (La société propose même Disney +, ESPN + et Hulu ensemble dans un ensemble qu’elle appelle le Bundle Disney, au prix mensuel de 12,99 $ , le même prix qu’un abonnement Netflix de base.) De plus, elle possède le service de streaming Hotstar en Inde, qui il envisage de faire diffuser dans d’autres pays asiatiques.

Néanmoins, lors d’un événement avec la presse la semaine dernière à New York, le président de Direct to Consumer et International, Kevin Mayer, a décrit Disney + comme “le joyau de notre collection en streaming”. Il a expliqué que le service serait “le foyer ultime et exclusif” pour tous. le contenu des marques Disney, Pixar, Marvel, Star Wars et National Geographic de la société.

Outre «The Mandalorian», les séries originales annoncées pour Disney + comprennent une série Obi-Wan Kenobi, ainsi que les titres Marvel «WandaVision», «The Falcon and the Winter Soldier» et «Loki».

Ricky Strauss, président du contenu et du marketing de Disney +, a expliqué que les émissions Marvel permettront aux cinéastes d’explorer les personnages et les intrigues postérieures de «Avengers: Endgame», qui pourront ensuite refléter ce que vous voyez sur grand écran.

«L’univers cinématographique de Marvel n’est plus seulement une pièce de théâtre», a déclaré Strauss.

Il y aura aussi des films comme «Lady and the Tramp» et des séries non scénarisées telles que «Le monde selon Jeff Goldblum».

Agnes Chu, vice-présidente principale du contenu chez Disney +, a ajouté que les programmes non scénarisés peuvent compléter les grands films .

Tout est censé être familial, sans contenu R sur la plate-forme. Donc, malgré l’acquisition de «Deadpool» dans le cadre de l’accord Fox, Disney diffusera ce film ailleurs.

Néanmoins, Mayer a suggéré que l’utilisation initiale aux Pays-Bas confirme les espoirs de Disney que le service plaise à un public varié; Bien que les abonnés commencent généralement par regarder un film Marvel, les titres les plus regardés sont généralement «Agents of S.H.I.E.L.D.», «The Suite Life of Zack and Cody» et «Mickey Mouse Clubhouse».

Cela pourrait également prendre un peu de temps avant que les bibliothèques complètes des différentes marques Disney parviennent sur Disney +, car elles doivent être libérées des accords de la société avec Netflix et autres. Mais à son lancement, il proposera un certain nombre de films classiques de Disney, ainsi que les sept premiers films de Star Wars (disponibles pour la première fois en 4K Dolby Vision) et de nombreux films Marvel, dont «Endgame».

Il a également souligné que Disney continuera à faire des films , pas seulement les superproductions de Marvel, mais également les films plus artistiques de Fox Searchlight, qui continueront à “trouver leur chemin dans les cinémas”. Parallèlement, la société produit également des films spécifiquement pour Disney + et Hulu , Mayer a déclaré que dans certains cas, les dirigeants ont décidé que les films “vivraient mieux avec nos services de SVOD”.

Strauss avait prévu que, dans sa première année, Disney + créerait 30 séries originales et 15 films et émissions spéciales, tout en hébergeant une bibliothèque de 7 500 épisodes télévisés et de plus de 500 films. Et Mayer a déclaré que d’ici 2024, Disney s’attend à ce que le service atteigne le seuil de rentabilité, avec 60 à 90 millions d’abonnés payants.

L’événement s’est terminé par une projection d’une demi-heure de clips des premiers épisodes de «The Mandalorian», qui raconte l’histoire d’un mystérieux chasseur de primes et se déroule à la suite du renversement de l’Empire dans «Return of the Jedi».

Les clips ont été soigneusement sélectionnés pour éviter de révéler des détails majeurs de l’intrigue, mais je suis heureux de pouvoir dire que l’émission explore un côté plus sombre de l’univers de Star Wars , pensez à la scène de la Mos Eisley Cantina, mais avec Boba Fett et une extension sur huit épisodes, avec beaucoup d’action et d’effets à gros budget.