Le fabricant de puces britannique ARM a déclaré qu’il allait reprendre la fourniture de technologie de puces à Huawei après avoir rompu ses liens avec la société chinoise en mai à la suite du conflit commercial entre les deux pays. ARM a considéré que ses technologies étaient d’origine britannique et, en tant que telles, les fournir à Huawei ne constituerait pas une violation des sanctions américaines.

HiSilicon, filiale de Huawei, qui conçoit les puces pour les smartphones de l’entreprise, utilise les plans ARM comme base de ses conceptions. L’architecture v8-A d’ARM et sa prochaine génération ne sont pas d’origine américaine, a déclaré la société. Par conséquent, les restrictions imposées par les États-Unis ne s’appliquent pas.

Le différend commercial américano-chinois a semblé toucher durement Huawei, privant la société la possibilité de travailler avec des fournisseurs américains, bien que les conditions initiales extrêmement restrictives aient été assouplies et que Qualcomm ait repris ses activités avec Huawei il y a un mois. Avec le retour d’ARM sur le marché, il semble que l’avenir des puces de Huawei s’anime.